Avant de consulter le reste de cette page pensez à consulter un vétérinaire ophtalmologiste pour confirmer l’atteinte de votre animal. Si votre compagnon est atteint d’une cataracte il faut savoir que c’est une maladie du cristallin responsable de ses troubles visuels.

Votre ophtalmologiste vétérinaire vous propose une intervention car la chirurgie constitue la seule technique susceptible d’améliorer sa vision.

Cette fiche vous informe sur l’opération qui vous est proposé, sur ces résultats et ses risques.

LA CATARACTE : correspond à l’opacification du cristallin, lentille de forte puissance située à l’intérieur de l’œil (objectif d’un appareil photographique).

Cataracte chien (28)

Avant de prévoir l’opération de la cataracte, il convient de réaliser un bilan pré-opératoire consistant en la réalisation d’examens permettant de connaître l’intérêt et le risque de l’opération pour votre animal de compagnie.

POURQUOI OPÉRER LA CATARACTE ? : Parce que ni les collyres, ni aucun médicament ne peuvent guérir une cataracte constituée.

 

L’OPERATION DE LA CATARACTE : l’intervention est réalisée sous anesthésie générale, en conditions chirurgicales aseptiques et sous microscope opératoire. Elle représente un geste chirurgical majeur car elle consiste à  inciser l’œil pour en extraire un de ses constituants internes.

  • Hospitalisation : l’intervention est dite ambulatoire (sans hospitalisation de longue durée) et nécessite une immobilisation minime de quelques heures à une journée.
  • Anesthésie: Cette intervention se fait sous anesthésie générale, les animaux n’étant pas assez coopérants pour être opérés sous anesthésie locale. L’opération comporte donc tous les risques inhérents à l’anesthésie générale. Selon l’état de votre animal, un bilan biologique sanguin et/ou un examen cardiovasculaire approfondi peuvent être indiqués pour évaluer ces risques.
  • L’extraction de la cataracte est réalisée avec ou sans l’aide d’une sonde ultrasonique. L’enveloppe du cristallin (capsule) est partiellement laissée en place ; il est exceptionnel de procéder à l’extraction totale du cristallin, sauf si celui-ci est luxé.

phacoemulsification cataracte chien

  • Implantation, d’un cristallin artificiel (implant endo-oculaire) : le cristallin est remplacé par une lentille synthétique placée derrière la pupille Dans certains cas, il n’est pas possible d’implanter : opacifications importantes de la capsule postérieure, difficultés opératoires comprenant la stabilité ou la tolérance de l’implant. L’implantation allonge le temps opératoire.

Impant chien

  • Incidents ou difficultés per-opératoires: ils sont rares et imprévisibles, et conduisent parfois à renoncer à l’implantation ; le déroulement de l’intervention peut être compliqué par une rupture de la capsule (moins de 5% des cas). L’extraction de la cataracte est parfois incomplète ; une hémorragie peut se produire et se résorbe spontanément en quelques jours (dans des cas exceptionnels, elle peut aboutir à la perte de la vision, voire à la perte de l’œil).

EVOLUTION POST-OPERATOIRE HABITUELLE :

 

  • Dans la très grande majorité des cas, l’œil opéré est indolore. La récupération est très rapide et la vision s’améliore dans la semaine qui suit l’intervention pour se stabiliser au bout d’un mois environ. La présence d’autres lésions de l’œil peut limiter la récupération visuelle.
  • Les soins locaux sont réduits à l’instillation des gouttes ; le port de la collerette est prescrit pour un temps variable. Il est parfois nécessaire de pratiquer l’ablation des fils de suture.
  • Dans plus de 50% des cas peuvent survenir, au cours des mois qui suivent l’intervention, une ou des opacifications secondaires (dites cataractes secondaires) qui, très occasionnellement gênent.

     la vision de l’animal et peuvent nécessiter une ré-intervention

LES COMPLICATIONS DE LA CHIRURGIE DE LA CATARACTE :

 

Bien qu’elle soit parfaitement standardisée et suivie d’excellents résultats, l’opération de la cataracte n’échappe pas à la règle selon laquelle il n’existe pas de chirurgie sans risque. Il n’est donc pas possible à votre ophtalmologiste vétérinaire de garantir formellement le succès de l’intervention. Les complications sévères de cette intervention sont très rares ; elles peuvent nécessiter une ré-intervention et aboutir, dans les cas extrêmes, à la perte de la vision de l’œil opéré, voire à la perte de l’œil. Il s’agit de :

  • Infections,
  • Traumatisme de l’œil par le patient ou son entourage
  • Décollement rétinien
  • Trouble cornéen
  • Extraction incomplète de la cataracte
  • Déplacement du cristallin artificiel
  • Scotome (brûlure) rétinien par l’éclairage du microscope opératoire
  • Augmentation de la pression intra-oculaire
  • D’autres complications moins sévères : cicatrice non étanche, cicatrice apparente, hématome du « blanc de l’œil », inflammation transitoire de l’œil.