Séquestre cornéen félin

Séquestre cornéen félin et attitude thérapeutique

Un chat européen a été vu il y a 3 mois pour un ulcère cornéen d’origine herpétique (test PCR) de l’œil gauche soigné avec un traitement topique antiviral (gancicolovir) et antibiotique (chloramphénicol). L’animal est revu après guérison complète de l’ulcère il y a 1 mois pour une « tâche sur la cornée ». L’examen ophtalmoscopique révèle la présence d’un séquestre en lieu et place de la zone anciennement ulcérée. Un traitement médical associant de la Vitamine A et des lacrymomimétiques est entrepris. Trois semaines après la lésion est très inflammatoire, très pigmentée et entourée d’un tissu inflammatoire, des néovaisseaux superficiels sont apparus sur la cornée. Aucune douleur oculaire n’est notée. Remarquez le relief de la lésion sur la vue tangentielle. Il s’agit d’un séquestre cornéen félin. Un traitement chirurgical sous microscope est entrepris par kératectomie lamellaire à l’aide d’un kératotome de 4mm de diamètre, une greffe conjonctivale pédiculée est effectuée. Un traitement antibiotique & anti-inflammatoire topique est entrepris pour une durée de trois semaines. Le lambeau ne sera pas sectionné étant donné les risques de récidive locale des séquestres puisqu’il s’agît d’une dégénérescence trophique de la cornée (une momification de l’épithélium cornéen). Une collerette est mise en place pour une durée de 3 semaines.

image003image007image009image011